J’ai vaincu la boulimie !

Publié le 3 Mars 2006

 

Je fais partie de ces personnes qui ont la chance d’être nées dans une famille chrétienne. En effet mon papa est pasteur et Dieu a toujours été au centre de notre vie de famille. Tout n’est jamais parfait mais suffisamment pour être ce qu’on peut appeler une heureuse famille. J’ai suivi tous les enseignements de l’école du dimanche, j’ai participé à des camps chrétiens, en fait j’ai toujours cru en Dieu et à l’âge de 13 ans j’ai décidé d’accepter de vivre ma vie avec Lui parce que moi aussi je l’aimais.

Dieu m’a également donné d’être quelqu’un d’ouvert, j’ai le contact très facile avec les gens, je ris et souris naturellement - et sans prétention aucune, je pense être quelqu’un d’apprécié par la plupart des personnes que j’ai pu rencontrer. En bref, une vie plutôt bien partie pour se dérouler pour le mieux : une famille géniale, beaucoup d’amis, un Dieu que j’aime et que je sers autant que je le peux…

Seulement personne ne se doutait de ce que je pouvais parfois ressentir depuis quelques années, a partir de 15-16 ans je crois (j’en ai 22 à ce jour). Un sentiment qui s’est développé au fur à mesure et qui a pris une très grande place, une TROP grande place à l’intérieur de moi : un sentiment de mal être. Je ne sais comment l’expliquer, j’ai toujours eu du succès auprès des garçons, on m’a très souvent complimenté sur mon physique… d’ailleurs ce mal être n’était pas que physique, j’avais aussi l’impression de ne savoir rien faire de vraiment bien. J’ai une passion pour le chant et pourtant je n’ai jamais apprécié ma voix, cette voix que Dieu m’a donnée… j’avais l’impression que tout ce que je pouvais faire était nul. Il y a des jours où je me trouvais tellement moche que je n’avais pas envie de sortir de chez moi. C’est un sentiment très douloureux de ne pas se supporter !

Quoiqu’il en soit, ce sentiment m’a fait tomber dans une maladie appelée la boulimie. La maladie s’est développée petit à petit, intérieurement d’abord puis physiquement. J’ai commencé par quelques crises d’anorexie ou je mangeais à peine pendant plusieurs jours mais étant très gourmande, j’ai opté pour la solution plus « simple » : manger plus qu’il ne faut et me faire vomir par la suite. Ma maladie tournait à l’obsession, par exemple, j’apprenais par cœur le nombre de calories qu’il y a dans chaque aliment. La boulimie est une maladie qu’on ne peut malheureusement pas contrôler parce que les pulsions alimentaires sont trop fortes. Vous vous doutez bien que tout cela n’arrangeait rien au sentiment de mal être que je pouvais avoir car à cela s’ajoutait un sentiment de honte face à la maladie et de culpabilité face à Dieu. En effet il nous demande de prendre soin de notre corps ce que je ne faisais pas. Au fond de moi je savais très bien que Dieu était la solution, je l’ai vu agir dans la vie de beaucoup de personnes et dans la mienne aussi pour de plus petites choses. Mais je voulais m’en sortir par moi-même, surtout parce que je ne voulais en parler à personne, ni même à mes parents ou mes meilleurs amis. Alors je suis restée ainsi durant presque deux ans avec des périodes où j’étais finalement assez « forte » pour résister mais malheureusement la chute n’était jamais très loin…

Pourtant durant tout ce temps Dieu m’a permis de continuer de le servir, parce que finalement à part ça, j’allais plutôt bien ! J’ai à cœur l’évangélisation et je fais partie d’une petite troupe artistique. Lors d’une de nos représentations, je voulais apporter un chant qui dit que je suis une perle pour le cœur de Dieu, qu’il me donne son amour et son pardon... Et en le chantant j’ai été touchée par Dieu. Alors que les mots sortaient de ma bouche, j’avais la sensation que Dieu me les soufflait et les posait sur mon cœur. Deux jours après j’étais dans le bureau du pasteur afin de lâcher ce lourd fardeau entre les mains de Dieu. Le faire n’a pas été facile mais vu le résultat ça valait le coup ! A partir de ce jour je n’ai plus eu de crises et Dieu a également ôté le sentiment de honte que je ressentais. Bien sûr tout n’est pas si facile non plus, il m’a fallu commencer à en parler à mes parents, mes amis proches et continuer de prier. Si Dieu m’a guérit physiquement, j’ai encore à ce jour à persévérer pour une totale guérison intérieure. J’apprends encore aujourd’hui à trouver un équilibre alimentaire, ne pas culpabiliser en mangeant quelques sucreries, et aussi à retrouver un équilibre dans ma vie. Je ne suis pas encore capable de me regarder comme Dieu me voit, c'est-à-dire belle, mais Il est bon, Il met des gens sur ma route pour m’encourager, Il continue de m’utiliser afin de le servir et Il me redonne confiance petit à petit.

Je ne veux plus me poser la question « Pourquoi Seigneur ? Pourquoi je ne m’accepte pas ? », La réponse ne m’aidera pas. Je veux juste continuer de me poser la question « Comment Seigneur ? », la réponse je l’ai déjà ! Il faut remettre chaque jour nos faiblesses et nos fardeaux entre ses mains, se centrer sur Lui et non sur nous-même et il répond ! Jésus est la solution, j’en ai la conviction car seule je n’aurais pu et je ne peux rien faire, c’est lui ma force et mon soutien et c’est grâce à lui que j’avance chaque jour sur le chemin qu’il m’a tracé.

Psaume 139 v.14 « Je te célèbre ; car je suis une créature merveilleuse. Tes œuvres sont des merveilles et mon âme le reconnaît bien. »

Claire DELEPINE
 

Rédigé par bijou

Publié dans #Témoignages

Repost 0
Commenter cet article

Claire 20/08/2007 16:59

Tiens c'est marrant je tombe sur mon témoignage !
Bon je rajouterai maintenant que je ne lutte plus du tout avec la nourriture, je suis super épanouie et en plus je me trouve jolie ! Dieu nous travaille vraiment au fur et à mesure...